Pour se ressaisir du débat sur la question européenne - Vincent Présumey (2015)

Pour se ressaisir du débat sur la question européenne.


>par Vincent Présumey, le 27 août 2015


On l’entend de plus en plus …

On l’entend de plus en plus, à juste titre : « cette Europe là », elle n’est pas redressable. Cette « Europe », c’est celle de l’Union Européenne et, en son sein, la zone ayant l’euro pour monnaie. De tels propos sont maintenant tenus par des gens qui pendant longtemps espéraient arranger les choses ou pensaient que mieux valait une forme institutionnalisée d’association entre les Etats européens que rien du tout, et qui maintenant changent d’avis. Trois faits concourent à ce changement, à ce tournant.

Grèce.

Le premier est bien entendu la Grèce. La dette « publique » grecque, tout le monde sait qu’elle ne sera jamais « remboursée » (d’autant qu’elle l’a été compte tenu des intérêts payés, et que les créanciers privés en ont depuis longtemps bien profité) ­ quand on parle de dette «« publique » dans les Etats capitalistes, on devrait toujours mettre des guillemets à « publique ».

Donc, la Grèce : tout le monde a pu constater la violence dévastatrice du plan que le gouvernement Tsipras a choisi d’accepter et de mettre en œuvre, s’ajoutant à des années de ravages qui ont déjà brisé tout avenir pour les jeunes et mis une large partie de la population au seuil de la famine : TVA à 23%, retraite à 67 ans, privatisation de tout ce qui reste et séquestration des gains ainsi réalisés dans une caisse spéciale sous administration « européenne ».

S’ajoute à cela le désastre politique : la transformation rapide d’un gouvernement que le peuple grec avait élu pour mettre fin à l’exploitation par la dette et à la corruption intérieure, en une sorte de croupion néocolonial (ces lignes sont écrites alors que Tsipras vient de démissionner pour provoquer de nouvelles élections, qui semblent avoir pour fonction principale d’éviter que se reconstitue, contre lui, un mouvement s’appuyant sur la majorité des Grecs qui avaient voté Non aux mesures qu’il a ensuite, immédiatement, mises en œuvres).

Ce désastre est continental puisque, à tort ou à raison, bien des espoirs avaient été mis en Europe par divers secteurs militants dans le gouvernement de Syriza ( … et de la droite souverainiste, partie prenante de sa politique de soumission ! ), et la formation de gouvernements ou de mouvements dits de « gauche radicale ».


Réfugiés.

Le second fait, tout aussi important, est l’effroyable crise dite des réfugiés.

Des centaines de milliers de Syriens, Irakiens, Erythréens, Soudanais … fuient les massacres et, quand ils ont franchi les pires obstacles, arrivent en Europe. Là, on a vu la police grecque, puisque la Grèce est là aussi en première ligne, les gazer, les matraquer dans l’île de Kos, voire tenter de couler leurs rafiots, et un peu plus loin l’armée macédonienne tenter ­ vainement - de les empêcher de passer, le gouvernement d’ultra-droite poutinophile hongrois entreprendre de reconstruire un mur sur l’emplacement de l’ancien rideau de fer, celui de Slovaquie expliquer qu’il faudrait n’accueillir que « les chrétiens », tandis que le gouvernement « de gauche » de la France persiste dans une politique d’asile minima, inhumaine et qui plus est absurde et impraticable.

C’est une crise majeure, à la fois structurelle et conjoncturelle.

Structurelle car il est logique que de tels transferts de population interviennent au XXI° siècle.
Conjoncturelle, mais ce terme ne veut surtout pas dire que ceci serait de moindre importance, car les tentatives d’endiguer les révolutions démocratiques dans les pays arabes par des interventions militaires les court-circuitant, comme en Libye, par le maintien des dictatures comme en Syrie, leur retour comme en Egypte, ou l’intervention des pires courants islamistes, se solde par la mise à feu et à sang de territoires considérables, déjà stressés par le réchauffement et la crise de l’eau.

Allemagne.


Le troisième fait est mis en valeur par les deux premiers : cette « Europe là » est placée sous l’hégémonie économique et par conséquent politique de la puissance capitaliste où se dégagent les plus gros profits dans la production industrielle, l’Allemagne. Plus exactement : cette puissance s’est fondée sur ces différentiels de productivité, mais elle est maintenant entretenue par les mécanisme du parasitisme financier et de la domination politique via la Banque Centrale de l’eurozone et les institutions dites « européennes » de l’UE.

Les transferts financiers réels ces dernières années sont en effet allés de la Grèce, et en général des PIIGS comme disent les fonctionnaires bruxellois (Portugal, Italie, Irlande, Grèce, Spain pour Espagne), vers l’Allemagne, et accessoirement et jusqu’à la crise « grecque », vers la France.

S’y ajoute un transfert migratoire : à la différence par exemple de la France et de l’Italie, le gouvernement d’A. Merkel entend « accueillir » 800 000 migrants et réfugiés l’an prochain, non par générosité mais pour alimenter son marché du travail et contrer la tendance à la remontée relative des salaires consécutive aux nombreuses grèves de ce printemps.
Cette position hégémonique est symbolisée dans la conscience et l’inconscient des autres peuples par les visages fermés et peu amènes des dirigeants allemands, une Merkel, un Sigmar Gabriel représentant la participation du SPD à cette froide brutalité sûre d’incarner la moralité et la vertu, et bien entendu celui qui passe pour le plus « méchant », le ministre des Finances Wolfgang Schäuble.

Mais la cassure ainsi consommée est très dangereuse, et comme l’a souligné le principal et plus profond des idéologues germano-européistes, Jürgen Habermas, s’exprimant sur « l’accord » imposé à la Grèce et du même coup à la France et aux autres, il est à craindre que « … le gouvernement allemand, y compris sa composante social-démocrate, ait dilapidé en une nuit tout le capital politique qu’une Allemagne meilleure avait accumulé en un demi-siècle … »

France et Allemagne.

Les présidents français Sarkozy puis Hollande ont fait le maximum pour maintenir l’arrimage de l’économie française à l’économie allemande, ce que l’on appelle le « couple franco-allemand ». La dette « publique » française n’a cependant fait que croître. Quand le ministre grec démissionnaire des Finances Varoufakis explique sur les télévisions françaises que la vraie cible de M. Schäuble, c’est la France et son « modèle social » (pourtant bien écorné), même s’il dit là ce que ses interlocuteurs souhaitent entendre de sa part, il ne dit pas faux.
Le spectre d’un délitement de l’eurozone est bien présent, et, parmi nos « élites » de droite et de gauche, la discussion sous-jacente sur que faire au cas où …, affleure de plus en plus. Particulièrement en France, le mythe du retour à une « indépendance » à la gaullienne (qui en réalité n’a jamais existé) nourrit fantasmes et spéculations « souverainistes » tandis que la politique du pouvoir en place garde les yeux rivés sur le spread sur le mode « y penser toujours, n’en parler jamais ».

Le spread ? Il s’agit du différentiel des taux à 10 ans des titres de dette « publique » allemands et français que Sarkozy puis Hollande ont réussi à réduire, par leurs mesures de compression des salaires et des dépenses d’intérêt public.

S’il venait à s’élargir à nouveau, faisant bondir les intérêts de la dette « publique » déjà inexorablement gonflée … alors, bien des idéologues anticipent sur ce qu’ill faudrait faire pour « restaurer l’indépendance de la France » tout en sauvegardant son caractère capitaliste. Le dernier en date est Jacques Sapir, notoirement lié au régime russe, qui pose la question, logique dans ce cadre, d’une alliance entre « la gauche » plus ou moins « radicale » et le Front National …

Le souverainisme contre la souveraineté démocratique.

Le cas, par ailleurs anecdotique, de Jacques Sapir, doit au moins servir à attirer notre attention sur le fait que les poutinophiles (ne disons pas les russophiles, ce serait insulter le peuple russe ! ) dans toute l’Union Européenne font campagne sur une ligne de restauration des « souverainetés », contre « l’Allemagne », le tout bien entendu dans le cadre du capitalisme, et que les plus importants courants politiques sur cette ligne là se situent à l’extrême-droite, mais ils ne sont pas les seuls. En somme, la porosité entre gauche social-libérale, démocratie-chrétienne et néolibéralisme dans les sommets du pouvoir à Berlin ou à Paris, se trouve complétée de ce côté-là par une croissante porosité, potentielle ou déjà avérée, en tout cas explorée ouvertement ou secrètement par certains responsables, entre gauche dite radicale et extrême-droite.

Notons en passant cette autre leçon de la Grèce : la dite droite souverainiste participe au gouvernement Tsipras, mise au poste clef de l’Armée en janvier, à travers le parti ANEL, et elle continue à y participer, ayant cautionné le retournement et les abandons de souveraineté.
Expérience intéressante, car qu’est-ce que la souveraineté si ce n’est la démocratie, et qu’est-ce que la démocratie si ce n’est le pouvoir effectif de la majorité formellement libre (« libres mais pauvres », disait Aristote du démos), mais obligée pour vivre de vendre sa force de travail, autrement dit les prolétaires ?

Or les « souverainistes » défendent les Etats en place, dont les institutions dites européennes, pour despotiques qu’elles s’avèrent, sont des émanations. Et ces Etats en place n’ont, par leur structure fondamentale, où l’exécutif, l’appareil d’Etat bureaucratique et militaire, est toujours indépendant de fait, et est de plus en plus surplombé par des institutions financières également indépendantes, rien de démocratique.

Ainsi de l’ordolibéralisme allemand, d’une part, ainsi aussi de la V° République française, d’autre part. V° République dont le FN est une vieille institution : Le Pen père manifestait sur les Champs Elysée, le 13 mai 1958, en soutien aux Pères fondateurs de cette République là, les putschistes d’Alger.

Russie et Ukraine.

Revenons, ceci dit, à la Russie, car elle fait partie de l’Europe et parce qu’il serait temps, il serait urgent, que la réflexion sur l’Europe l’englobe à nouveau. Cette urgence est soulignée par le soutien du FN, d’Aube dorée en Grèce, du Jobbick hongrois, à son régime, qui les finance, et par la fascination malsaine que son chef d’Etat, un petit policier qui passe pour un grand homme, exerce dans une « gauche radicale » dont la pensée internationale n’est jamais arrivé à devenir internationaliste.

Or, c’est aussi la crise de ce côté-là. Le pouvoir poutinien confronté à la crise financière et économique globale du capitalisme, a entrepris depuis 2011-2012 de former une zone économique dont il serait la tête, dite « eurasienne ». L’inspiration, non sans une forte ironie de l’histoire (l’histoire n’est pas seulement rusée, elle est également ironique ! ), c’est un peu l’URSS et un peu l’Union Européenne, puisqu’il s’agirait d’une union économique englobant la majeure partie de l’espace post-soviétique. Les deux pays adjoints sont le Kazakhstan (et dans son sillage le Kirghizistan) et la Biélorussie, et la composante indispensable pour assurer l’ouverture vers l’Europe, et pour des raisons idéologiques fortes, était l’Ukraine. De plus, l’Arménie a été contrainte, par la pression militaire indirecte au Karabakh et la peur des Turcs, de s’intégrer à ce système à l’été 2013.

L’Ukraine devait l’être aussi, mais c’est un mouvement populaire et national à caractère révolutionnaire par sa puissance et ses formes de mobilisation qui, en chassant le président autocrate et corrompu, en a décidé autrement. Directement ébranlé par la crise d’un Etat dans lequel il avait encore une présence directe et par le risque de contagion, le pouvoir russe a réagi en annexant la Crimée et en entretenant ce que l’on appelle une « guerre hybride » en Ukraine orientale (Donbass et Louhansk). La Crimée, contrairement à ce que s’imagine l’ignorance coutumière chez nous, n’est pas « russe », ni ukrainienne d’ailleurs, mais composite (elle est aussi, notamment, tatare) ; son annexion unilatérale introduit une cassure diplomatique majeure car la garantie des frontières, datant de décembre 1994, signée par la Russie, avait en son temps été la contrepartie du retrait des armes nucléaires d’Ukraine.

Cette situation imprévue, nullement causée, en l’occurrence, par une agression de l’OTAN ou l’invasion de fantasmatiques « mercenaires chicanos » comme semble se l’imaginer par exemple un J.L. Mélenchon, a placé les puissances européennes et les Etats-Unis dans le plus grand embarras. Ils sont les mentors du nouveau pouvoir ukrainien, mais ils ne tiennent pas à soutenir le peuple ukrainien dans ce qui est ressenti par celui-ci comme une guerre larvée de libération nationale. Les « sanctions » prises contre la Russie ont en fait accompagné un retournement économique qui aurait eu lieu même sans elles, les flux de capitaux au niveau mondial s’étant depuis 2013 retournés des « pays émergents » vers les Etats-Unis, mais ceci permet, pour l’instant, au régime Poutine de présenter la brutale aggravation des conditions de vie comme le résultat d’un complot de l’étranger.

La Russie, de fait, apparaît aujourd’hui comme « le maillon faible de la chaîne impérialiste », plus encore aujourd’hui qu’à l’époque où l’auteur de cette formule, Lénine, l’avait employée pour caractériser la Russie des Tsars (l’histoire est ironique, répétons-le ! ).
Tout autant que les rapports de domination régalienne au niveau militaire et d’ouverture croissante aux transferts de capitaux avec les Etats-Unis, la présence d’un Etat à la fois fort militairement et à l’idéologie impériale, et faible par ses assises sociales et économiques, à l’Est de l’Europe, est une question essentielle.

Le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord.

Ce tableau serait gravement incomplet si l’on n’y faisait pas figurer un Etat capitaliste ancien et puissant, aujourd'hui cœur des flux financiers mondiaux, ayant un pied dans l’UE et un pied dehors et dont la construction constitue par elle-même une forme d’association sur un pied théorique d’égalité entre des nations étroitement associées au point d’avoir semblé parfois n’en former qu’une. Le Royaume-Uni est lui aussi en crise.

Coup sur coup en cette année 2015, les élections aux Communes ont vu, sans grand transfert de voix à la base, un effondrement du Labour qui a perdu pratiquement toute l’Ecosse, son berceau, au profit d’un parti indépendantiste bourgeois, apparaissant comme opposé à l’austérité néolibérale ; une lourde défaite de l’Eglise catholique au référendum irlandais sur le mariage ; et l’irruption d’un mouvement de masse, englobant d’ailleurs une partie des Ecossais qui avaient voté indépendantiste, pour mettre à la tête du Labour party un représentant du socialisme réformiste proposant de reconstituer un grand secteur public, ce qui n’est pas forcément très « révolutionnaire » en soi mais l’est dans les faits, par la rupture que cela représente et la surprise qui l’accompagne : à l’heure où sont écrites ces lignes Jeremy Corbyn semble en mesure de l’emporter. La récente réforme des statuts visant à briser les liens entre le parti et les syndicats en instaurant un système de type « primaires » s’est retournée en son contraire, des centaines de milliers de syndiqués et de jeunes payant leurs 3 livres Sterling pour voter Corbyn.

Cette extrême volatilité de la situation britannique donne son arrière-plan à la tentative du gouvernement Cameron de renégocier ses rapports avec l’UE puis de soumettre le résultat à un référendum dont la date annoncée n’a cessé d’être avancée ces derniers mois, et aurait maintenant lieu l’an prochain. Cameron voudrait que ce référendum se solde par un vote « Oui » mais il a évidemment, en tentant de la refermer, ouvert une boite de Pandore.

Le mouvement ouvrier est dans l’expectative : hostile à l’entrée dans la CEE dans les années 1970, il avait fini par la considérer comme un possible bouclier contre la violence néolibérale de Thatcher reconduite par Blair, mais la crise de l’eurozone et de l’UE cristallisée dans la crise grecque le fait naturellement hésiter. Corbyn est assez prudent sur le sujet, favorable à une « Europe sociale » et expliquant que le monde du travail ne doit pas laisser cette question aux financiers de la City et aux xénophobes de l’UKIP. Certes.
Certes, et plus encore, car la sécession écossaise est annoncée en cas de victoire du Non, et les dominos se mettent implicitement en rang : la désunion britannique reposerait la question du Pays de Galles et surtout celle de l’unité irlandaise … et si on peut d’ores et déjà le dire au conditionnel, c’est qu’on y pense au présent !

L’évènement Corbyn, révélateur européen.


Ces développements passionnants d’outre-Manche ont déjà l’immense mérite de montrer deux choses :
-la place toujours centrale des « vieux mouvements ouvriers » dans les vieux pays : l’espèce de « réveil » qui porte Corbyn rejoint en cela la remontée des grèves en Allemagne et le sourd refus qui monte en profondeur, en France, d’un mauvais scénario écrit d’avance où Hollande et Valls nous ramèneraient Sarkozy flanqué de Marine Le Pen.
-l’urgence d’une position, d’une expression, et pour cela d’une réflexion laquelle passe forcément par une discussion, du coté du monde du travail, du syndicalisme, et des héritiers des traditions révolutionnaires du XX° siècle, sur la question européenne prise dans toute sa dimension.

Question européenne et révolution prolétarienne.


« Prise dans toute sa dimension ».
Je veux dire par là qu’on ne peut pas la réduire à la question de l’euro ­ même si la rupture avec l’euro et la BCE n’a non seulement pas à être un tabou, mais semble une condition nécessaire pour tout gouvernement qui tenterait sincèrement et réellement d’être démocratique et donc souverain.

On ne peut pas la réduire à la question de l’UE ­ même si la rupture avec l’UE et ses institutions technocratiques et despotiques est elle aussi une condition nécessaire de toute démocratie, mais non suffisante.

« Dans toute sa dimension », cela veut dire dans toute sa dimension géographique, incluant notamment l’Ukraine et la Russie en en finissant avec le rideau de fer qui s’est refermé, malgré la liberté de voyager et malgré Internet, dans les têtes de la majorité des militants « de gauche » en Occident après 1991, et incluant aussi nos amis du Commonwealth monarchique d’outre-Manche !

« Dans toute sa dimension », cela veut surtout dire dans toute sa profondeur sociale : la rupture à la Sapir, à la Le Pen, à la Poutine, avec l’eurozone et l’UE, en conservant capitalisme et Etat non démocratique, ne serait pas un progrès mais le fruit de la défaite finale de toutes les luttes émancipatrices.

La question européenne, c’est la question de la révolution prolétarienne, c’est son affaire, et revenir à une approche concrète, réaliste, de la révolution, nécessite de discuter de stratégie, et de géopolitique, continentale.

Qu’est-ce que l’Europe ?


Une objection possible ici serait la suivante : mais pourquoi se limiter à l’Europe ? Le Sud de la Méditerranée, après tout, vu de France, est bien plus proche que la Russie ou même que l’Ecosse.

En matière d’émancipation, il n’est évidemment pas question de se limiter à l’Europe : la question n’est pas là. Et assurément, s’il faut arriver un jour à faire de toute frontière un lieu de passage, de rencontre, d’échange et d’enrichissement au vrai sens du mot, alors sera réinventée ce qui fut le berceau de l’Europe, mais pas seulement : la Méditerranée. Même chose pour les Balkans, l’Anatolie, le Caucase et la Crimée comme zones de mariage et de contact. Ceci étant, l’Europe est une réalité humaine, historique et politique, et on ne peut pas ne pas en tenir compte si l’on veut agir dans le réel.

Mais de quoi s’agit-il exactement ? La mauvaise habitude des journalistes, passée dans le langage courant, d’appeler « Europe » l’Union Européenne, comme si la Suisse n’était pas européenne, et de nous annoncer par exemple des énormités telles que « la Croatie est entrée dans l’Europe » alors qu’elle en a toujours fait partie, peut masquer la vraie question.

L’Europe, ce n’est pas l’Union Européenne. Sa profondeur historique est tout autre.
On ne refera pas ici l’histoire du continent, aussi vais-je donner directement cette conclusion, qui peut faire discussion : l’Europe est un concert de nations, qui se sont construites à la fois dans des affrontements mutuels et dans des combats communs. S’il y a une réalité européenne, c’est que les combats communs ont tout de même pris, dans le temps long, la première place.

Quelles nations ? La liste n’est pas limitée par avance et ne l’a jamais été : une nation est un phénomène d’identité collective qui se construit justement dans des combats communs, résultant des contradictions et des luttes sociales.

Mais des combats communs contre qui ? Contre des ensembles, que l’on peut appeler « impériaux », exerçant une oppression contre laquelle des forces sociales ont réagi. L’héritage initial était impérial : de Rome et son empire sont issus la chrétienté, le Saint Empire Romain Germanique, et, via Byzance, la Sainte Russie, et du XV° au XVIII° siècles la monarchie des Habsbourg puis celle des Bourbons ont tendu à une domination « impériale » de tout ou partie de l’Europe, et du monde. L’échec relatif des empires en Europe a d’ailleurs un temps trouvé sa compensation dans la formation des empires coloniaux.

Le thème de « l’émancipation des nations » s’est imposé suite aux révolutions nord-américaine et, surtout, française (le fait qu’il y a eu alors une troisième grande révolution, mais censurée et occultée, montre, avec celle d’Amérique du Nord, que ce processus de genèse du phénomène « Europe » faisait partie d’un processus mondial : il s’agit de la révolution haïtienne). La révolution française marque un point de départ dans les formes de la lutte des classes, et elle gagne toute l’Europe sous la forme contradictoire de la tentative impériale de Napoléon, suscitant contre elles les réactions nationales allemande, italienne, russe, espagnole.

Les jeunes révolutionnaires allemands des années 1840, comme Karl Marx et son aîné Heinrich Heine, misent sur le « chant du coq gaulois » qui sonnera l’heure de la « résurrection allemande ». Cela se produira, en 1848. 48 est l’apogée de la lutte commune des nations européennes pour leur émancipation mutuelle et fraternelle, et c’est aussi là que se fracasse cet espoir, sur les fusils de la bourgeoisie de juin à Paris, qui craint que cette émancipation ne l’emporte là où elle ne voulait pas aller.

A travers cette histoire, se forgent une thématique, une conscience collective et un inconscient collectif que portera le mot « internationalisme », qui prend la suite des théories du XVIII° siècle sur le droit des gens et le cosmopolitisme : dans « internationalisme », on ne s’en rend souvent pas compte, il y a « nationalisme » : « inter-nationalisme », union des nations, et non pas négation de celles-ci, mais leur accomplissement, par le combat commun contre l’oppression, et par la formation de nations émancipées liées par des liens fraternels, voie vers le dépassement des frontières, non par la formation de super-Etats et d’Empires, mais par la constitution des petits Etats nationaux associés.

Comme on le sait, ce sens d’ « internationalisme » se combinera avec l’emploi du mot issu de l’affirmation, à partir de 1864, de l’Association Internationale des Travailleurs, que l’on appellera après la Commune « l’Internationale », et qui s’épanouira véritablement un peu plus tard, sous la forme de partis ou de mouvements nationaux, aux formes nationales bien spécifiques : social-démocratie allemande, travaillisme britannique, couple conflictuel socialisme-syndicalisme (celui-ci fécondé par l’anarchisme) en France, notamment …

Quand le mouvement ouvrier et socialiste était l’avant-garde européenne.


Avant 1914 ce qui est réellement uni, sans être homogène et sur la base de la diversité nationale, en Europe, c’est l’Internationale, que l’on n’appellera la « seconde » qu’après 1914. Pour les classes dominantes par contre, c’est la combinaison de la paix armée et de l’étalon-or.

Les positions et l’existence même du mouvement ouvrier et socialiste international constituaient ce qui, avant 1914, allait le plus dans le sens d’une véritable union européenne, comme d’une véritable union des peuples du monde entier.

1914 et après.

Pourtant, au moment où cela redevient nécessaire, l’Internationale n’avance que très lentement dans l’élaboration d’un programme européen, autrement dit : d’une stratégie révolutionnaire, combinant la révolution qui approche en Russie avec la réalisation de la République démocratique en Allemagne, l’émancipation des nationalités d’Autriche-Hongrie, de Russie et de l’empire Ottoman, l’affrontement social avec l’Etat en France, la montée du Labour britannique et l’indépendance irlandaise …

A l’exception des programmes sur la Fédération balkanique qui apparaissent à partir des années 1907-1910, l’Internationale fait preuve de carence sur ces questions. Le plongeon dans la guerre en 1914 en montre soudain l’importance …

S’il y a eu quelques débats entre 1914 et 1917, assez obscurs d’ailleurs, notamment entre Lénine et Trotsky, autour des mots-d’ordre d’Etats-Unis d’Europe, d’Etats-Unis républicains d’Europe (impliquant le renversement des couronnes impériales : tsar, Habsbourg, Reich, sultan, Vatican …), et d’Etats-Unis socialistess d’Europe, débats dans lesquels Lénine fut significativement sceptique et réticent voire hostile, la victoire des bolcheviks en Russie, suivie de leur isolement tragique et de la guerre civile, ne voit pas se développer, comme on aurait pu l’espérer et comme on pourrait le penser, de grands débats concrets sur la stratégie révolutionnaire européenne. Car celle-ci, quand naît la « 3° » Internationale, est presque réduite à la « victoire au bout du fusil » selon une formule beaucoup plus vieille que le président Mao qui se l’est attribuée.


De Léon Trotsky à Edo Fimmen.


Quand les bolcheviks reviendront de ces illusions, il sera déjà tard, même s’il n’est sans doute pas encore trop tard. C’est alors (en 1921) que démarre vraiment un grand débat stratégique, autour de la formule du « front unique ouvrier ». De celle-ci on en arrive ­ péniblement ­ à mettre en avant la nécessité de « gouvernements ouvriers » (en Allemagne cela veut dire, même si les communistes ont du mal à le dire : des gouvernements d’alliance avec la gauche social-démocrate) ou « ouvriers et paysans » (Bulgarie …), et de là, avec une lenteur qui contraste par rapport à l’urgence de la situation, c’est finalement Trotsky qui essaie de relancer le débat sur les « Etats-Unis socialistes d’Europe » par un article paru dans la Pravda le 30 juin 1923.

Il est déjà très tard : le pouvoir réel est en train de passer aux mains de Staline à Moscou, et l’espoir de la victoire révolutionnaire allemande tombera en novembre, après que le vrai moment opportun ait été manqué lors de la grève générale d’août.

En fait, la réflexion la plus poussée sur une formulation de l’union des pays et des nations d’Europe en opposition à l’ordre capitaliste du traité de Versailles s’est amorcée, mais pas dans la III° Internationale. Si un nom important mérite d’être tiré de l’oubli, c’est bien celui de Edo Fimmen, le dirigeant de l’Internationale syndicale réformiste dite « d’Amsterdam » et de l’Union Internationale des Syndicats des Transports, partisan du front unique ouvrier avant que l’Internationale communiste ne se prononce en sa faveur.

En novembre 1921 il organise une conférence internationale des syndicats des Transports, des Mines et de la Métallurgie pour discuter des mesures concrètes pour empêcher une nouvelle guerre. Il propose bientôt de faire du combat pour les « Etats-Unis d’Europe » l’objectif politique des syndicats, notamment des Fédérations internationales de branches, opposant au traité de Versailles, au blocus de la Russie soviétique, au paiement des « réparations » allemandes, les objectifs suivants : désarmement, respect et essor des conventions collectives nationales puis internationales de branches, abolition des « réparations » et des dettes et réattribution des sommes ainsi dégagée à l’éradication de la famine en Russie, crédits pour l’éducation, la santé, la recherche, arrêt de l’exploitation des colonies.

Un programme réformiste conséquent, et par là révolutionnaire sans qu’il soit besoin de le crier : voir la réédition de sa brochure de 1923 par les bons soins de la revue La Révolution Prolétarienne, Vers le front unique international, avec la préface que lui avait donnée Pierre Monatte et les présentations de Jean Moreau, Dan Gallin et Vincent Présumey, et le site du Global Labour Institute.

D’Hitler-Staline à Washington-Moscou.

Par la suite, la thématique des Etats-Unis d’Europe, ou des Etats-Unis socialistes d’Europe, sera surtout développée soit par les socialistes de gauche comme Marceau Pivert ou Fenner Brockway, soit par Léon Trotsky et ses partisans, dont on remarquera que si elle est pour eux un thème important, on ne la retrouve pourtant pas dans le texte programmatique qu’ils considèrent comme le plus important, le Programme de Transition de la IV° Internationale (1938).

Loin d’avancer en ce sens, l’Europe bientôt dominée par Hitler et Staline s’enfonce dans le cauchemar et lorsque celui-ci semble prendre fin, elle est dominée par Washington, et, toujours et d’autant plus, par Staline et ses successeurs.

Devant la CEE, puis l’UE.

C’est à ce moment là, et seulement à ce moment là malgré les velléités d’Aristide Briand dans la seconde partie des années 1920, les puissances impérialistes d’Europe occidentale ayant perdu la possibilité de prétendre à une domination mondiale, qu’il s’agisse de l’Allemagne, du Royaume-Uni ou de la France, que se dessinera une forme spécifique d’union entre les pays capitalistes d’Europe, à l’origine de la CEE puis de l’UE. Une partie des socialistes de gauche y verront un progrès relatif ou un moindre mal, avant de s’y opposer de plus en plus comme Marceau Pivert :

« Vous croyez qu’il est possible de « faire l’Europe » sans tenir compte de son contenu. (…) Mais en attendant, ce sont des forces soociales bien définies qui se préparent à construire des institutions nouvelles : la réaction américaine et la réaction allemande, en particulier, travaillent en accord étroit, mais pour elles, et non pour le socialisme. Tôt ou tard, vous devrez vous rendre à l’évidence. » (lettre de démission de Marceau Pivert du Mouvement Démocratique et Socialiste pour les Etats-Unis d’Europe, qu’il avait contribué à fonder, 11 juin 1954, cité par Jacques Kergoat, Marceau Pivert, « socialiste de gauche », Paris, Editions de l’Atelier/Editions Ouvrières, 1994).

Bientôt, les « institutions européennes » se développeront d’une manière de plus en plus bureaucratique et viseront à l’encadrement des organisations syndicales :
« Le poids des institutions européennes est l’une de ces pressions, et l’on ne doit pas sous-estimer le rôle croissant de ces institutions dans les questions syndicales. C’est la conséquence naturelle de la création de la CESL [Confédération Européenne des Syndicats Libres, ancêtre de la CES], qui n’est pas née de luttes qui auraient exigé une solidarité pratique, mais comme un groupe de pression auprès des institutions communautaires, et en liaison étroite avec ces institutions. Les réunions de la CESL se tiennent dans les locaux de la Communauté, elles sont financées par la Communauté et sont constamment sujettes à l’influence des points de vue des fonctionnaires des Communautés, qui ne partagent pas toujours les préoccupations syndicales.
(…) On peut croire qu'un nationalisme européen représente déjà un progrès par rapport aux nationalismes français, allemand, belge ou britannique ; à l’échelle du monde actuel la différence est mince en réalité, et la constatation n’est pas évidente. De toute manière cela ne concerne guère les intérêts et les projets essentiels du mouvement syndical.
(..) Une « Europe des travailleurs » n’est pas seulement possible, elle est nécessaire. Il s’agit pour elle de se développer comme une branche vitale d’un mouvement international dynamique, à partir des luttes et des vrais problèmes -et non depuis les bureaux et les institutions -, en étroite solidarité avec tous les travailleurs de tous les pays qui sont confrontés aux mêmes problèmes. » (Dan Gallin, L’intégration européenne : problème pour le mouvement syndical, UITA [Union Internationale des Travailleurs de l’Alimentation] Informations n° 10, 1972, reproduit dans Fil rouge, Ed. Collège du Travail, Genève, 2009).

* * *

Nous en sommes plus que jamais là.

Les divers courants héritiers du vieux mouvement ouvrier révolutionnaire, trotskystes, anarchistes, syndicalistes …, ont été ou se sont réduits au rôle de commentateurs et peinent, parfois carrément à s’intéresser, en tout cas à trouver une position indépendante et construite qui ne relève ni de l’adhésion plus ou moins critique ou plus ou moins béate, ni de l’hostilité de principe sans alternative, à ce qu’il est convenu d’appeler la « construction européenne ».

Celle-ci, dans la durée, a donc pris le dessus, et ensuite, au XXI° siècle, c’est sa crise qui prend le dessus. A présent, il faut sortir du sommeil dogmatique. Face à l’UE, à l’OTAN, à l’Union eurasiatique … et à leurs crises, il faut avoir un débat prenant la question dans toute sa dimension géographique et historique, plus large que la seule UE et encore plus que la seule eurozone, et dans toute sa dimension révolutionnaire et sociale. La réalité d’un tel débat serait le premier pas d’une pratique renouvelée dont le XXI° siècle entamé a besoin.