Syndicats sans frontières - Romain Felli (2012)

Syndicats sans frontières

par Romain Felli


Chronique « Un monde à gagner », dans Le Courrier (Genève), 14 juillet 2012

Dans les locaux du Northern College près de Sheffield en Angleterre se tenait, la semaine dernière, la première école d’été du syndicalisme international, organisée par le Global Labour Institute. En-dehors du cadre formel des organisations syndicales internationales (bien que plusieurs d’entres elles étaient présentes), il s’agissait de partager des expériences de luttes. Surtout, les participant-e-s à ce projet voulaient réfléchir aux moyens de remettre du mouvement dans le mouvement syndical international.

Il est impossible de résumer ici les discussions très riches qui ont pris place au cours de cette semaine. Mais le simple effet de mettre en réseau de jeunes syndicalistes du monde entier – et quelques un-e-s plus âgé-e-s – pour leur permettre de discuter de questions de politique syndicale était un énorme succès. Cela permet de réaliser à quel point nous partageons, par-delà les frontières nationales, une expérience commune. Cette expérience commune découle de notre condition commune: nous sommes une même classe.

Qu’ils et elles viennent de Suisse, du Pakistan, de Hong-Kong, du Royaume-Uni, ou des nouveaux syndicats indépendants d’Egypte, toutes et tous font les mêmes constats. La crise économique est mondiale. Et elle accentue les effets négatifs du néolibéralisme mis en œuvre ces trente dernières années. De plus en plus, les travailleurs sont flexibilisés, précarisés et informalisés. Le racisme, la xénophobie et le sexisme continuent de diviser les travailleurs et travailleuses. La norme du travail décent, bien payé, stable, légalement encadré, donnant des droits sociaux et une retraite, est la situation d’une petite minorité à l’échelle de la planète. Malheureusement, bien des organisations syndicales renâclent à organiser et à défendre les travailleuses et travailleurs précaires ou informels. L’Etat social a partout diminué et les droits syndicaux ont été attaqués sans relâche. Par exemple, le droit d’organiser une grève de solidarité (quand des travailleurs, qui ne sont pas directement concernés, se mettent en grève pour soutenir des collègues) n’existe quasiment plus dans le monde.

La crise économique mondiale et les attaques contre les droits sociaux et syndicaux ne sont pas isolées. Elles relèvent d’un même système, le capitalisme. Et c’est bien parce que les travailleuses et travailleurs du monde entier forment une même classe, que nous avons fondamentalement des expériences similaires, malgré de fortes variations nationales.

Face à ces graves constats, et à bien d’autres développements inquiétants, la réponse des organisations syndicales internationales (par exemple, la Confédération européenne des syndicats) a été d’une faiblesse affligeante. Nous avons, au contraire, besoin de remettre au cœur du syndicalisme la question d’une stratégie politique alternative. Les syndicats sont les institutions qui sont la première – et la dernière – ligne de défense des travailleuses et travailleurs. Seule une perspective vraiment internationaliste peut aujourd’hui constituer les bases d’une réponse aux attaques capitalistes. Et elle doit se fonder sur un projet politique alternatif: le socialisme démocratique.

Certains syndicats, notamment dans les pays du Sud, se rendent bien compte que la question fondamentale doit être reposée: celle de la propriété, et du contrôle, des moyens de production. Il est totalement absurde de penser lutter contre le réchauffement climatique si nous ne pouvons pas contrôler le secteur énergétique. Et une stratégie économique alternative doit automatiquement passer par la mise sous tutelle du système financier. Nationaliser les banques ne suffit pas, encore faut-il les contrôler et les mettre au service d’une économie alternative, écologique et sociale!
Il n’existe pas (encore?) une réponse simple et univoque aux troubles dans lesquels nous sommes. Mais l’ardeur politique et syndicale déployée au cours de cette semaine par des militant-e-s et permanent-e-s syndicaux du monde entier témoigne qu’un autre monde et possible. Et qu’il est nécessaire de s’organiser pour le faire advenir! Ici et maintenant. Nos syndicats ne sont pas le plus mauvais endroit pour le faire.