Wilebaldo Solano (1916-2010) - Dan Gallin (2010)

Figure historique du socialisme révolutionnaire en Espagne, Wilebaldo Solano est mort à Barcelone, le 7 septembre, à l'âge de 94 ans.

Solano était le dernier secrétaire général du Partido Obrero de Unificación Marxista (POUM), un parti né en 1935 de la fusion de deux groupes communistes dissidents, le Bloc ouvrier et paysan (BOC), proche de "l'opposition de droite", et la Gauche communiste (trotskiste).

Elu secrétaire général de la Jeunesse communiste ibérique en septembre 1935 et secrétaire général du Bureau international des jeunesses socialistes révolutionnaires en novembre 1936, il représenta la JCI au Comité exécutif du POUM. Proche collaborateur de Andrès Nin, secrétaire général du POUM assassiné par la police politique stalinienne en juin 1937, Solano participe à la direction clandestine du POUM devenu illégal.

Arrêté en avri 1938, il réussit à passer en France en 1939. Détenu à Montauban en 1941 il est condamné par le régime de Vichy à 20 ans de travaux forcés. Il est libéré par la Résistance en juillet 1944 et rejoint le maquis dans le Bataillon Libertad, formé par des militants du POUM, de la CNT et du PSOE.

Démobilisé en 1945, il est élu secrétaire général du POUM en 1947, lors d'un congrès tenu à Toulouse, rassemblant des militants de l'exil en France, Afrique du Nord et Amérique latine, et ceux qui mènent la lutte clandestine en Espagne.

Solano travailla au service espagnol de l'Agence France Presse de 1953 à 1981, tout en assumant la direction de La Batalla, journal du POUM. Au retour de la démocratie en Espagne, il milite pour un rassemblement des marxistes révolutionnaires et participe à la campagne électorale de 1977 pour le FUT (Front unitaire des travailleurs). En 1987 il participa à la création de la Fondation Andrés Nin (www.fundanin.org) qui préserve la mémoire et l'héritage politique du POUM; il en était le président d'honneur. La traduction française de son livre: Le POUM: Révolution dans la guerre d’Espagne (Editions Syllepse, 2002) a fait date et restera un incontournable des bibliothèques militantes.