Le contre-pouvoir du syndicalisme international à l'ère de la mondialisation - par Dan Gallin (2008)

Chapitre du livre publié à l'occasion du 25ème anniversaire du Solifonds (www.solifonds.ch):
"La Solidarité, une valeur sûre", présenté par Stefan Howald, édition 8, Zurich, 204 p., 2008

Qu'est-ce qu'une politique syndicale internationale? A première vue, la réponse coule de source: la politique syndicale internationale est faite de toutes les prises de position et actions syndicales qui dépassent le cadre national. Mais à y regarder de plus près, ce n'est pas si simple.

Car quels sont les fondements d'une politique syndicale internationale? Tout d'abord, il faut comprendre que tous ceux et toutes celles qui travaillent ont, de par leur condition et quel que soit le pays où ils vivent, des intérêts communs; deuxièmement, qu'ils doivent les défendre contre des intérêts opposés, parfois au prix de lourds sacrifices; troisièmement, que ce n'est qu'ensemble qu'ils peuvent défendre ces intérêts; enfin, quatrièmement, que les combats qui en résultent sont tous liés et que leur issue influe sur le sort des travailleurs partout dans le monde. C'est la notion de solidarité qui exprime le fait que nous dépendons tous les uns des autres.

Ce sont, en bref, les principes de base de toute action syndicale. Mais ce qui va de soi au niveau local doit également aller de soi pour ceux qui travaillent à l'autre bout du monde.

Sachant ceci, nous savons aussi ce que la politique syndicale internationale ne peut pas être: elle n'est pas à sens unique, mais repose sur la réciprocité; elle n'est pas une forme d'aide humanitaire, mais une stratégie d'autodéfense; elle n'est pas une affaire de chefs, car elle ne devient efficace que lorsque la base est associée à sa formulation et à sa mise en œuvre. Enfin, elle ne peut en aucun cas être le prolongement de l'action d'un Etat, car il n'existe pas et il n'a jamais existé d'Etat qui défende ou qui ait défendu les intérêts des travailleurs.

Mais la prise de conscience ne suffit pas. Il faut aussi la volonté politique de se donner les moyens afin de défendre efficacement les intérêts communs, et de participer activement aux organisations créées pour défendre ces intérêts. Participation veut dire le recours à des spécialistes, une bonne connaissance du terrain, une pensée stratégique et la consultation permanente de la base, jusqu'au niveau local.


Une histoire faite de divisions

Pour les pionniers du syndicalisme, leur mouvement ne pouvait qu'être international, puisque le système social contre lequel ils s'organisaient était lui aussi international. A quelques exceptions près, toutefois, le mouvement syndical resta tout d'abord cantonné à l'Europe. Ce fut le cas aussi bien de la Première internationale (AIT) et de la Fédération syndicale internationale (FSI), social-démocrate, fondée en 1903 , que des secrétariats professionnels internationaux (SPI) qui lui étaient proches et dont la création remonte à la seconde moitié du XIXe siècle.

Mise à mal par les divisions dues à la Première Guerre mondiale, la FSI est recréée en 1919. Par ailleurs, la Confédération internationale des syndicats chrétiens (CISC) est créée en 1920 à l'initiative de l'Eglise catholique, alors que l'Internationale communiste (Komintern) fonde l'Internationale syndicale rouge (ISR) en 1921. Cette dernière est dissoute en 1937 dans le cadre de la politique des fronts populaires menée par l'URSS à cette époque. De ces trois organisations, aucune n'a véritablement étendu ses activités au-delà des frontières européennes.

Les unions syndicales d'envergure mondiale que nous connaissons aujourd'hui datent d'après la Seconde Guerre mondiale. Leur création coïncide d'une part avec le formidable essor des transports et des communications, d'autre part avec la décolonisation et le début de la Guerre froide.

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, il semblait que l'alliance conclue entre les puissances occidentales et l'URSS, qui était parvenue à vaincre les régimes fascistes, pourrait trouver son pendant au niveau des syndicats. La plupart des organisations membres de la FSI décidèrent donc de créer une nouvelle internationale syndicale avec les syndicats étatiques de l'Union soviétique. La Fédération syndicale mondiale (FSM) est ainsi fondée en 1945 à Paris, après la dissolution de la FSI.

Cette unité fut cependant de courte durée. Des différences irréconciliables au plan tant politique que structurel conduisirent les organisations social-démocrates à se retirer , et à fonder en 1949 la Confédération internationale des syndicats libres (CISL), regroupant soixante-sept organisations dans cinquante et un pays. L'American Federation of Labor (AFofL) se joignit à la CISL, à laquelle le Congress of Industrial Organizations (CIO), l'autre grande centrale syndicale américaine, était déjà affiliée. (Les deux devaient fusionner en 1955 sous le nom de AFL-CIO.) La FSM ne réunissait désormais plus que les syndicats étatiques du bloc soviétique (la Yougoslavie l'avait quittée en 1950, la Chine en 1959), les centrales communistes d'Europe, d'Afrique et d'Asie, ainsi que quelques centrales étatiques de pays arabes proches du bloc soviétique.

Provisoirement occultés, les différends qui opposaient les social-démocrates aux communistes auraient de toute façon provoqué une nouvelle scission. Cependant, l'influence des grandes puissances devait en outre jouer un rôle néfaste. Tout d'abord, parce qu'il s'agissait d'occuper le terrain au niveau mondial et de l'interdire à la partie adverse, les deux blocs engagèrent des sommes colossales pour acheter des alliés. La corruption qui s'est ainsi installée a pesé très lourd sur les syndicats, particulièrement sur les organisations relativement faibles du Tiers Monde. Résister à cette pression et maintenir une politique indépendante, défendre un intérêt de classe contre les deux camps de la Guerre froide, n'était pas évident, même pour des organisations internationales.

En outre, la Guerre froide a renforcé la dépendance des syndicats à l'égard des Etats, même dans les pays industrialisés. En Europe, les syndicats apparaissaient puissants dans l'immédiat après-guerre: ils avaient participé à la résistance et gagné la guerre avec les puissances victorieuses. En réalité, la guerre les avait très affaiblis. Tant dans l'Allemagne nazie que dans l'Europe occupée, une grande partie de leurs cadres dirigeants avaient soit péri dans les camps ou dans la guerre, soit avaient dû s'exiler.
Les gouvernements de l'après-guerre étaient pour la plupart favorable au mouvement syndical, ce qui allait l'amener à s'appuyer de plus en plus sur l'Etat. Les institutions sociales et économiques qu'il avait bâties, à une époque où il se considérait encore comme le porteur d'une société alternative , étaient négligées, voire abandonnées. La nouvelle génération de permanents voulait avant tout préserver les acquis et évitait les combats qui auraient pu les remettre en cause. C'est ainsi que les syndicats en vinrent à se limiter toujours plus à leur "cœur de métier", à savoir la négociation des salaires et des conditions de travail. La pression politique exercée par la Guerre froide vint renforcer l'idéologie du "partenariat social", de la paix sociale et de la croyance en l'Etat, isolant toujours plus la gauche syndicale ou la diabolisant comme communiste.

Dans le bloc soviétique, régnait la paix des cimetières. Ce qui restait des syndicats d'avant-guerre était dissous et réprimé. Les cadres qui ne suivaient pas la ligne du parti disparaissaient au goulag. Les syndicats étaient devenus partie intégrante de l'appareil étatique et avaient pour mission d'assurer l'obéissance des travailleurs.

Quant au mouvement syndical international, il reflétait la situation du pays de chacune de ses organisations affiliées. Aussi bien la CISL que la FSM et, dans une moindre mesure, la petite CISC (rebaptisée en 1968 Confédération mondiale du travail, CMT) étaient pour la première fois devenues vraiment internationales, avec des membres dans toutes les parties du monde. Les deux principales internationales, la CISL et la FSM, étaient cependant hypothéquées par leur soumission aux objectifs politiques de chacun des deux blocs. A la CISL, l'anticommunisme tenait lieu de programme politique, davantage que l'idéologie social-démocrate de ses prédécesseurs, où la conscience de classe était encore présente, alors que la FSM était devenue un instrument de politique extérieure de l'URSS.

La Confédération européenne des syndicats (CES), fondée en 1973 par les membres européens de la CISL et de la CMT, fonctionnait surtout comme un lobby syndical au sein des institutions de l'Union européenne ou, comme le disaient ses critiques, à celui d'un lobby de l'UE au sein du mouvement syndical.

D'importantes batailles syndicales furent tout de même livrées au niveau international, mais par certains secrétariats professionnels (SPI) restés proches des préoccupations de leurs membres, car organisés par branches, notamment ceux des transports, de la métallurgie, de la chimie et de l'alimentation. En l'absence d'une conception politique plus large, aucune stratégie commune ne put prendre forme sur la base de ces batailles isolées.

Lorsque la mondialisation néolibérale s'abattit sur le mouvement syndical international dans les années 1980, celui-ci n'était absolument pas préparé à résister à ce qui allait lui arriver.

La mondialisation et ses conséquences

L'effondrement du bloc soviétique et de son système économique bureaucratique, l'abandon du capitalisme d'Etat en Inde et la conversion de la Chine au "stalinisme de marché" ont doublé le nombre des travailleurs intégrés au marché mondial. Et la plupart des 1,47 milliard de nouveaux arrivants ne sont pas représentés par des syndicats en mesure de les défendre. Sur un total de 2,93 milliards de travailleurs de par le monde, seuls 175 millions environ sont affiliés à un syndicat, ce qui ramène leur proportion à quelque 6%.

La dérégulation des marchés financiers et la mobilité croissante du capital ont conféré une puissance inouïe aux entreprises transnationales qui, par leur politique de délocalisation, sont en mesure d'exercer un chantage autant sur les Etats que sur les travailleurs et de les mettre en concurrence. Jouant de l'influence déterminante qu'elles exercent sur la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, ces sociétés ont réussi à forcer des gouvernements à privatiser des pans entiers de leur économie et à déréguler leur marché du travail. C'est dans les pays du Sud que ce phénomène a surtout affaibli les syndicats, qui étaient principalement ancrés dans le secteur public. Avec l'affaiblissement simultané de l'Etat social, la majorité des populations était plongée dans la misère.

Conséquence directe de cette politique: le développement de l'économie informelle c'est à dire du travail non réglementés et non protégé. Dans les années 1960, on considérait encore l'économie informelle comme un vestige d' anciennes formes de production, que le développement économique ferait progressivement disparaître. C'est le contraire qui s'est produit. Dans le Sud mondialisé, une majorité de la population active tire sa subsistance de l'économie informelle, soit 51% en Amérique latine, 71% en Asie (95% en Inde) et 72% en Afrique subsaharienne (78% sans l'Afrique du Sud). Mais même dans les pays industrialisés du Nord, l'économie informelle est devenue une réalité incontournable: contrats précaires, travail sur appel, pseudo-indépendants, sans papiers, etc. Or l'expansion du secteur informel, dont les travailleurs sont rarement organisés, affaiblit d'autant les syndicats.

La paupérisation croissante des pays du Sud et de l'Est a déclenché la plus grande vague de migration de l'histoire. En l'an 2000, 175 millions de personnes vivaient hors de leur pays d'origine et 86 millions d'entre elles occupaient un poste salarié (1). En 2005, leur nombre était déjà passé à 191 millions, pour augmenter encore ces trois dernières années. Dans beaucoup de pays, la plupart des migrants vivent et travaillent dans des conditions indignes, font partie de l'économie informelle et n'ont pas accès à une représentation syndicale.

L'évolution des rapports de force à l'échelle mondiale en faveur du capital s'est accompagnée d'une vaste offensive idéologique, destinée à justifier ce changement. Il s'agit d'associer la vision socialiste à l'expérience désastreuse du stalinisme, de faire croire que "capitalisme réel" est le seul ordre social possible, de priver les syndicats de leur fondement idéologique, à les discréditer et à les présenter comme un obstacle au progrès. La dépolitisation des syndicats au cours des décennies précédentes et la perte de leurs médias ont grandement facilité cette offensive.


Les syndicats aujourd'hui

Le mouvement syndical international se ressent encore des séquelles de la mondialisation néolibérale et reste pour l'heure sur la défensive.

En décembre 2006, la CISL et la CMT ont fusionné pour fonder la nouvelle Confédération syndicale internationale (CSI), à laquelle se sont joints aussi bien d'anciens membres de la FSM (dont la CGT française) que des indépendants. De par ses effectifs, la nouvelle CSI est la plus grande fédération syndicale de l'histoire: ses trois cent onze organisations affiliées regroupent 168 millions de membres dans cent cinquante-cinq pays.

Un an après la fusion, le renouveau espéré continue toutefois de se faire attendre, pour diverses raisons d'ordre organisationnel et politique. La raison principale en est sans doute l'absence d'une vision porteuse. Se limitant au plus petit dénominateur commun des deux organisations fondatrices, le programme de la CSI ne va guère au-delà de l'objectif de la revendication d'un "travail décent" formulée par l'OIT ou des termes du "Global Compact" des Nations Unies (2). La nouvelle confédération reste ainsi attachée à l'idéologie du partenariat social, que le patronat globalisé a abandonné depuis longtemps.

Depuis sa fondation, la CSI se comporte comme ses prédécesseurs, c'est-à-dire comme une organisation de défense des droits humains avec comme priorité les droits syndicaux, sans s'attaquer aux problèmes fondamentaux de la société. Pour l'heure, il n'est pas possible d'entrevoir la fin de sa crise.

Les effectifs de la CES (60 millions) et les dix SPI, rebaptisés Fédérations syndicales internationales en 2002 (env. 130 millions en tout) se recoupent avec ceux de la CSI.

La FSM, qui a transféré en 2006 son secrétariat au siège de la fraction communiste de la Confédération syndicale grecque, à Athènes, ne communique pas le nombre de ses membres. Ses principales organisations affiliées sont les syndicats étatiques cubain, nord-coréen, vietnamien et syrien, ainsi que des fédérations syndicales indienne (AITUC), péruvienne (CGTP) et chypriote (PEO). Son domaine d'influence coïncide largement avec celui des partis communistes restés fidèles au stalinisme comme idéologie et comme pratique. Le secrétariat s'efforce désormais d'attirer des syndicalistes de gauche d'autres provenances. La FSM espère visiblement combler le vide politique laissé par le virage à droite de la CSI. On peut douter qu'elle y parvienne.

Les syndicats chinois (150 millions de membres) forment un monde à part. La Fédération panchinoise des syndicats ne s'est affiliée à aucune internationale après avoir quitté la FSM, mais entretient des relations avec plus de quatre cents syndicats dans le monde entier. De plus en plus de ses membres remettent toutefois en cause son rôle au sein d'un appareil étatique fondé sur le modèle soviétique: il ne se passe ainsi pas un jour sans que l'on annonce une grève ou une manifestation de travailleurs quelque part en Chine. Au niveau local, des amorces de processus démocratiques semblent s'esquisser, tandis que la crise sociale qui agite la Chine s'amplifie sans cesse et pourrait se muer en crise du régime. Pour l'heure, nul ne sait jusqu'où le gouvernement est prêt à aller pour ménager une plus grande marge de manœuvre aux syndicats, afin de maîtriser cette crise; ni comment vont évoluer les rapports de force entre le pouvoir de l'appareil étatique et la poussée d'une classe ouvrière toujours plus sûre d'elle-même; si des syndicats démocratiques sont chose possible au sein d'un système à parti unique, et si les luttes de classes que connaît la Chine finiront par faire éclater cet Etat mono-partite. Toutes ces questions restent ouvertes. Leur issue sera toutefois déterminante pour l'avenir du mouvement syndical international, et bien au-delà.


Et maintenant?

Il n'est pas difficile de cerner les objectifs d'une politique syndicale internationale: à la mondialisation du capital, il faut opposer une mondialisation de la société civile, afin d'ouvrir la voie à un ordre social dans lequel chacun puisse vivre dans la dignité. Le mouvement syndical international ne pourra bien entendu pas y parvenir tout seul. Il doit donc s'allier avec d'autres mouvements sociaux et politiques, et ce genre d'alliances commence à prendre forme dans différents pays et même au niveau international.

Dans ce type de coalitions, les syndicats ont un rôle à jouer qui leur est propre. Il s'agit en fin de compte de rapports de pouvoir, ce qui, pour les syndicats, revient à une question d'organisation. Comme nous l'avons vu plus haut, seuls 6% des salariés mondiaux sont encore affiliés à un syndicat (abstraction faite de la Chine). Doubler leur nombre pour atteindre un modeste 12% permettrait déjà de modifier considérablement les rapports de force.

Où faut-il intervenir en priorité? D'un point de vue stratégique, il importe de constituer un contre-pouvoir dans les sociétés transnationales. Pour mettre une limite à leur puissance, il faut appliquer une stratégie à plusieurs niveaux dans tous les domaines de la société, mais en tout cas au niveau de leurs salariés. Le but doit être d'organiser la majeure partie des travailleurs des cent plus grandes transnationales. Là aussi, des mouvements s'esquissent en ce sens, notamment au sein de certains SPI/FSI, qui doivent être développés et renforcés.

Les syndicats doivent se donner pour tâche prioritaire d'organiser les travailleurs du secteur informel. Une part importante de ces travailleurs étant des femmes, il est nécessaire de collaborer avec des mouvements de femmes qui ont le même but. Des organisations de ce type existent déjà, à l'instar de la Self Employed Women's Association (SEWA), en Inde. En Afrique de l'Ouest et en Amérique latine, des syndicats ont organisé des travailleurs informels, ou alors ceux-ci ont spontanément créé des syndicats indépendants.

Puisque le Sud et le Nord tendent à se fondre et à se confondre dans une économie mondialisée, organiser le secteur informel constitue une tâche qui est également à l'ordre du jour dans les pays industrialisés. La majorité des travailleurs informels étant, là aussi, des femmes et des migrants, la réussite de leur syndicalisation passera par le renouvellement de la culture des structures syndicales et par leur adaptation à la nouvelle donne.

Finalement: dans un certain nombre de pays, le mouvement syndical a oublié sa raison d'être et ses objectifs originels, pour s'incliner devant le néolibéralisme triomphant. Il est urgent qu'il retrouve son identité et sa conscience politique. L'effort passe par une reconstruction politique: il importe de réaffirmer qu'un syndicat est par nature une organisation politique, qu'il ne faut pas confondre indépendance et neutralité et que notre but ultime doit être l'avènement d'un ordre social plus juste. La notion de socialisme ayant perdu de sa clarté au fil des diverses expériences ratées du siècle dernier, notre travail de reconstruction politique doit notamment consister à redéfinir cette notion, pour que la démocratie soit comprise non plus seulement comme un but, mais comme une méthode et un processus intrinsèquement liés au socialisme.

Dans l'état où se trouvent aujourd'hui les organisations syndicales internationales, on ne peut s'attendre à ce qu'elles contribuent beaucoup à ces tâches. Mais ce n'est pas une raison pour se résigner. Le mouvement syndical international est plus que la simple somme des organisations qui le constituent. Toutes les travailleuses et tous les travailleurs syndiqués, de même que leurs organisations locales, régionales ou nationales, sont des citoyens de ce mouvement mondial. Ils ont non seulement le droit mais le devoir d'avoir des opinions sur la politique syndicale internationale, de les exprimer et et de les faire aboutir.

La politique syndicale internationale ne peut pas être déléguée, pas même au Solifonds. Elle est l'affaire de chacun et tous en sont responsables. Aujourd'hui, plus personne ne peut empêcher un ou une syndicaliste, ou un syndicat, de se concerter avec un homologue, fût-il de l'autre côté de la planète, ni de projeter et de mener des actions communes.

Au début du siècle dernier, les syndicalistes révolutionnaires d'Amérique du Nord ont déclaré: "En nous organisant au sein des industries, nous créons une nouvelle société à l'intérieur de l'ancienne." Et c'est aussi de cette même manière qu'un nouveau mouvement syndical international peut naître. Par notre action, nous construisons le nouveau mouvement syndical au sein de l'ancien.


Notes

(1) Voici leur réparition par continents: 7,1 millions en Afrique; 25 millions en Asie, y compris le Moyen-Orient; 28,5 millions en Europe, Russie comprise; 2,5 millions en Amérique latine; 20,5 millions en Amérique du Nord; 2,9 millions en Australie et en Nouvelle-Zélande.

(2) Déclarations d'intentions faites par l'OIT et l'ONU en 1999. Dénuées de tout caractère contraignant, elles visent à promouvoir des conditions de travail "décentes" (OIT) ainsi qu'une "gestion d'entreprise socialement responsable" (ONU).